•   

      quand je meurs ce n'est déjà plus moi
           mais celui que

      je n'ai jamais été vraiment, oubliant d'être là
           ou cédant

      à l'appel d'un inaccessible au-delà, haut lieu d'une improbable
           coïncidence...

     

     

     

      pourquoi pas toi, dis
      et pourquoi pas moi

      pourquoi pas tout le temps
      qu'on met

      à se retrouver là, nu
      comme un mort

     

     

     

      ces boutons, on les arrache
      avec les ongles, des pinces, à l'acide

      les yeux
      n'ont pas d'arête, c'est bien connu

      alors regarde, regarde bien en face jusqu'à
      ce que cela

      t'efface...

     

     

     

      va en arrière
           remonte le temps

      reviens devant
           descends le temps

      bouffe-toi la queue
           du temps, attends

      crève-toi
           sans ciller crève-toi

     

     

     

      l'adieu - aux conséquences 
           irréversibles

      l'adieu à soi
           l'adieu d'abord

      les choses se remettent d'instinct
          sauf l'instinct

      l'instinct meurt: il est l'instinct
           de mort

     

     

     

      je me couche
      de tout mon long, je me
      couche

      et je coule
      de toute ma verticalité, je
      coule

      on ne guérit pas
      de soi
      - c'est comme ça

     

     

     


    votre commentaire
  •  

      moins bien
      que rien

      mais mieux
      que pire

      ça, là                      chemin
      brisé                       perdu

                                    distille
                                    la cendre                  

                                    goutte de pure            de pluie
                                    angoisse                     ou de puits

      entre le ver                                               eau sèche
      et dieu                                                      eau morte

      n'est qu'un                                                poussière
      homme                                                     avide

      inconsolable                 ce puits
      irréparable                   sans fond

                                        cette chute
                                        sans nom

          aigre                       se refermant             ce dont j'ai soif
          bile                         sur quoi                    n'existe pas

          âcre                                                        l'eau n'existe pas
          trappe                                                     je n'existe pas

          l'air                                                         seule
          asphyxié                                                  la soif

     

    un autre jour la nuit

     


    votre commentaire
  •   l'ange met du temps
      à boire et à l'inverse. une seule mine de plomb
      l'explose. sale temps vraiment pour
      les mouettes...

     

     

      à moins que tu ne sois
      tombé quelque part et tu ne puisses
      te relever, d'où que ce soit
      alors tu vas - tu vas sans ordonnance, tu vas sans ordre
      le poids de toi en toi

     

     

      mangé des vers de terre, beaucoup de vers de terre
      et les vers font des trous en moi, creusent leur route, cherchent à manger
      font leur travail de manducation, de transmutation, de versification
      nettoient l'âme de son homme

     

     

      après on ne sait pas, on ne sait pas ce qu'il n'y a pas
      on ne sait pas le "il n'y a pas"
      on pense debout, on rêve couché, sans même émettre un son
      comme un avant-goût du non-son à tue-tête
      sans que ça donne rien
      ni sur rien

     

     

      baisser les paupières
      baisser les paupières sur le rêve de soi, et ne sourciller pas
      se baisser soi-même et ramasser son ombre, soulever son ombre de la terre
      pour la pendre où, si ce n'est en l'air - en l'air
      où l'on est toujours mieux qu'en terre

     

     

      je reviens au premier principe où le premier principe
      s'enfuit.
      celle ou celui
      à qui n'arrive rien mange son pain, boit son eau - la part qui lui est due, ou pas
      il ou elle serait tout comme le vent
      qui ne souffle pas, de tout côté ne souffle
      et en tout sens

     

     

      on a touillé suffisamment...

     


    votre commentaire
  •   pas parler, pas boire
      pas se souvenir de l'arbre pendu, ni du chemin cassé, muni de vide au besoin de béquille
      bercé par de lointains courants, courants lointains, inamicaux, continuer d'exister, au risque nul

      sur le sol nonobstant
      un paquet d'eau
      ne répare pas les fuites...

     

     

      et depuis tout ce temps, tant de temps que la douleur navigue, d'un bord et puis de l'autre
      on dirait
      le no-land's man d'une âme sans lisière, le chien d'une endormie on dirait
      quelque chose auquel on n'avait pas pensé, pas pensé avant mais peut-être
      qu'on aurait du

     

     

      on marchait
      les pieds dans l'noir on marchait
      - à quelle époque donc, et sur quelle mer porteuse, ou déporteuse on marchait
      mais cela n'a plus guère d'importance maintenant, maintenant que tout s'enlise
      dans la nuit la plus claire ou semblant telle mais pas baver, pas sucer, pas sembler la nuit claire
      - et que la nuit s'éteigne...

     

     

      pas de trace
      de savon ni de crasse, rien
      en maître nageur au travers de la route, inébranlable et mort
      si mort qu'il en sourit encore, si mort qu'il en ravale sa salive, le glaire d'un sanglot
      - d'un sanglot mort évidemment, ça on peut pas le dénier

     

     

      sur une pierre, pomme, couteau j'aurais du m'en douter, j'aurais du prévenir: j'aurais du ricocher
      du miroir s'envolent les dernières alouettes, un gros crapaud-hibou en a pris la saison - le violeur d'enfance...
      c'est au bout d'un destin que s'écorne un destin, parallèle impossible,
      migration immobile...

     

     

      un ciel sans fond, là, perdu en moi
      que j'entrevois à travers
      le cristal rayé de mes visions - indemne du
      fer rouillé de mes défaites, un ciel sans fond, là,
      où disparaître...

     

     

    meunier tu dors ta putain d'queue c'est mort
      
      


    votre commentaire
  •   je crois que vous êtes mort déjà, depuis très longtemps
      je crois que moi j'aimerais être mort enfin, déjà
      je crois que j'ai des mulots dans les godasses - je sais pas si c'est des godasses, je dis ça comme ça
      en tout cas moi j'appellerais pas ça des godasses
      un froc à la rigueur, mais franchement pas des godasses...

     

     

      il n'y a que dieu, que dieu
      et c'est déjà beaucoup trop, on en convient
      on n'est pas des hommes pour rien, pour rien: on est des hommes pour rien, mais alors pour rien du tout
      j'avais à faire à vous, vraiment, mais désormais je n'ai à faire à rien, vraiment

     

     

      et de plus ça diminue, ça diminue tout l'temps
      j'attrape, je pleure, de dissémine
      quelque part je mérite l'amour - oui, même moi je mérite l'amour. et qu'est-ce qu'on en a à foutre de l'amour...
      l'amour ne commence que là où il n'y a plus mais alors vraiment plus d'amour
      ni rien

     

     

      sans doute un cas
      une femme qui tourne sur elle-même peut-être, tandis qu'un homme se tire au sort
      et ne perd que deux fois sur deux, une fois sur une, puis plus rien
      j'ai l'impression d'avoir vécu. d'avoir vécu d'une impression
      forcément fausse...

     

     

      le mort il est mort, allez hop, et c'est fini
      le vivant c'est pareil - pareil alors aussi hop, et c'est fini
      dès que cela commença ce fut trop tard, et trop tard se fit neutre
      et neutre
      - que voulais-tu que j' fasse..?

     

     

      un, deux, dieu et la pluie qui tombe...
      je suis tellement mort que j'ose plus souffrir, à cause de je ne sais quel préjugé
      une fois sur deux on a dit deux, on a
      dit ai-je suis amoureux mais non, mais non qu'est-ce que ça coûte, nous coûte au fond,
      quand on dit amoureux, au moins une fois sur deux?

     


    votre commentaire
  •  

      tu ne me dis rien
      tu me dis allez ferme ta gueule et meurs, meurs dans le silence le plus compact
      soit, mais soit
      j'en oublie d'être heureux - ça peut arriver à tout le monde après tout...

     

     

      avec vue sur la mer tu dis
      ou toute autre chose qui puisse faire office de mer, d'étale, de vague terrain plat ou je n'sais quoi - avec vue sur le sable,
      sur la vue qu'on a d'ici, énorme, gigantesque, exorbitante,
      quand on ne regarde rien
      rien par exemple nulle part

     

     

      le printemps fut pourri, c'est un fait - mais dieu et rien que dieu c'est pire
      c'est juste quand on oublie d'être soi, ou même simplement de ressembler à quelqu'un, à quiconque en quelque sorte
      j'avais rien, j'avais rien dans les poches et j'eus beau les retourner en tout sens
      j'ai toujours rien du tout, mais alors rien du tout
      - incroyable

     

     

      c'est la troisième fois
      la troisième ou la dernière fois je sais plus mais bref
      c'est la dernière fois, et déjà je m'ignore
      j'ignore qui de qui est là, et pourquoi, ni les modalités
      les j'ai envie de t'embrasser et tout ça, alors que je suis même pas cap'

     

     

      vivre sa vie ça c'est tranquille, ça c'est tranquille mais bon...
      je suis l'être, l'être d'un être outre mais bon... , d'un être à bout mais quoi, d'un être en négatif et puis la pluie tombait
      on sait pas pourquoi qu'elle tombait comme ça, et qu'elle tombait sans cesse, quand même - la pluie...

     

     

      je ne serai pas mort dans un sac de couchage

     

     

      


    votre commentaire
  •  

      mon dieu marche dans la ville
      il peine un peu
      à chaque carrefour perdu

      j'avais si froid...

     

     

     

      ça fait comme un hurlement
      éventrant le sommeil, un fœtus agonisant
      dans la peau vide d'un homme
      qu'on n'entend plus, d'un homme qu'on
      ne berce plus

     

     

     

      élévation

      les bras croisés élévation

      peut-être mourrai-je peut-être pas - on n'est jamais vraiment sûr avec ces choses-là

      tel un amant échevelé
      n'ayant jamais
      fait l'amour qu'à sa main

     

     

     

      peut-être pour toi
      pleurerai-je, épancherai-je
      les seaux jusqu'à la morgue, et j'eus beau faire
      et j'eus beau dire
      un seul resta debout quand tout
      versa de biais

      : une fille moche de préférence...

     

     

     

      un dieu saute pieds joints mais ne
      retombe pas, cerf-volant déporté
      insecte médusé

      je m'ennuie
      tout au fond de ta bouche je m'ennuie

      c'est ainsi...

     

     


    votre commentaire
  •   soir de pluie bien tassée
      pour qu'une douleur s'éteigne il ne suffit pas de souffler dessus ça pourrait même l'attiser néanmoins ça rassure, c'est déjà quelque chose
      si nous avions vraiment voulu partir où ramasserions-nous nos jambes brisées maintenant?
      sous soi évidemment. sous soi piteusement. sous soi mais quel sous-soi?

     

     

      l'averse flottante. l'homme qui se sentait de trop se balance à présent. il monte le son au-dedans, n'entend plus le dehors, en-dedans tout se confond
      l'homme à présent se balance, se resserre, s'étonne un peu de la mèche qui lui pend au front. c'est tout ce qu'il arrive à penser: qu'il s'étonne encore un peu...

     

     

      je bougeais un peu comme ci, je bougeais un peu comme ça, pour faire de la place peut-être, à moins que j'eusse froid et ne voulusse ainsi me réchauffer
      j'allais par ci j'allais par là, à la recherche d'un abri ou pour fuir un ami on a tous une raison sans doute de n'avoir
      nulle part où aller, nulle raison de stagner alors on sort d'ici, on sort de là, la prochaine fois qu'on se rencontre on reste muet, à tout jamais

     

     

      un rien me brise. je ne crois pas que ce soit la faute à quiconque, seulement il me reste des os à l'intérieur, des os à broyer consciencieusement une pierre dans chaque main - l'une est le cœur l'autre le néant:
      il faut bien rentrer chez soi un jour, il faut bien prétendre que l'on rentre chez soi au cas où quelqu'un par hasard viendrait à nous demander mais où t-c'est qu'tu vas comme ça mon brave
      parce que oui, je suis brave - c'est ce que je me répète à tout bout d'champ à tout coin d'rue je suis brave, que je me dis, pour me donner du courage...

     

     

       j'embrasse ma source à l'opposé

     

     

      dans la peau de l'exil


    votre commentaire