• ailleurs qu'en ma mémoire


      frotté jusqu'à l'écume, puis revenu de rien. de rien. de rien

     

     

      lever les yeux d'la vie. la bouche en babibel, en cul de poule en téton débordant: être
      affamé de vide

     

     

      un être était alors
      une porte sur dieu. les portes ont claqué, enfermant les courants
      remontant leurs chaussettes

     

     

      ces hommes d'un genre nouveau
      ont l'extase fragile, et la mémoire solide
      ils s'assoient à côté, ils ne savent pas de quoi

     

     

      les roses périmées. un peu de sang coule en dessous. il semblerait que l'épine soit restée
      coincée dedans

     

     

      ne lui dites pas
      que je suis revenu. à trois sous le tour, j'aurais eu tort
      de me priver - privé de tout, de tout un tour

     

     

      ai-je ruminé les ronces, me suis-je introduit les orties dans la verge, pété une couille sur une arête de poisson - ai-je fait tout ça sans
      penser à rien, sans
      éveiller le moindre
      soupçon...

     

     

      traitter le corps de mou, alors que mou plus mou encore. et en redemander
      un coup encore

     

     

      le sexe dans sa main sentait déjà le naufrage. il fallait faire un choix
      il n'en fit rien...

     

    « tokaj s'en jette un coupune barque à soi »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :