• credo quia

      depuis le premier jour le jour s'est souvenu
      qu'il était sans mémoire
      qu'il ne prenait pas part
      à ce qui s'y trouvait
      qu'il était le lieu profond, propice et réfléchi
      de l'exil
      cours sinueux de l'infertile

     

     

      alors le jour
      qui n'avait rien semé
      les yeux mi-clos se mit à croître
      à gagner du terrain sur ce qui
      n'était pas le jour, et qu'on ne nommait
      pas encore ou déjà plus
      la nuit

     

     

      autrement dit la nuit
      celle qu'on ramasse
      quand elle tombe, celle
      émanant de nous sol appauvri
      et qu'on n'aurait jamais pensé
      quitter si seulement l'on avait su
      son nom

     

     

      le temps, de le dissoudre
      pupilles dilatoires
      aller là-haut ne requiert
      pas tant de déployer des ailes que de
      replier tout son poids, masse futile
      s'abstenir d'ombre, tandis que la mort
      trempe à côté ou en
      dessous

     

     

      et si je n'avais pas
      le fond, de dire ceci, le fond
      de dire cela, mais seulement
      l'embrun
      - nos tombes cet hiver
      ne semblent guère étanches...

     

    « des pleines bourrasques, des gueules d'eau fraîche...figure de parent pauvre »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :