• en berne...

      vivre
      ne servait à rien, enfin je veux dire, que vivre
      ne servait qu'à survivre 
      c'était donc peu
      soit énormément peu

     

     

      je n'ai plus de subconscient - qu'un vaste
      cimetière militaire fleurissant la plaine de 
      mille croix synonymes...

     

     

      on a du mal à vivre, on se traîne sur le ventre, on se couche sur le dos
      on traite le mauvais temps de mauvais temps, on en rajoute: et pas
      une seule goutte - c'est la misère
      totale...

     

     

      ça se cultive, mourir
       : on creuse un trou en soi, on s'y enfonce, on se vomit dans le trou en soi jusqu'à
      ce que plus rien de soi ne sorte ni ne dépasse, jusqu'à
      être soi-même entièrement devenu
      le trou en soi, espace libre
      et souffrant

     

     

      l'espace là, entier
      ou bien rester assis, se lever, se dégourdir
      les jambes, l'esprit, se soulager d'une angoisse subite, sexe au poing 
      le souvenir vaincu, le revenir perdu...

     

    « mais qui la roue commande / sait bien qu'il n'en est rienle chant de l'oiseau mil »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :