• fang-fang est au milieu

      je n'ai pas pensé à toi, ai-je pensé à toi, j'ai pensé à
      ne penser à toi, puis j'échouai
      d'éclipse en éclipse et vice versa, je patientant
      à la buvette - mais quelle apesanteur
      pour renaître poisson...

     

     

      c'est mon épiphanie, voilà l'décor
      le sort n'est pas coutume, ou pas encore
      je m'emmerde en marchant, alors je ne marche plus, aimant d'un amour inconditionnel
      le vide illimité

     

     

      c'est toujours ainsi qu'on s'y prend, transat, et les yeux dans le slip...
      un jour viendra, à moins qu'un jour
      ne vienne pas, et où n'y étant pas j'y
      serai sans restriction
      ni excès

     

     

      s'il pleut sur moi c'est que sur moi
      ne séchait pas, tandis trop sec, tantôt si frais
      - n'en finira t-il donc jamais, le déchirant
      miracle d'être?

     

     

      je ne suis plus rien, je sais que je ne suis plus rien
      alors qu'un ciel illuminé
      investit l'es-
      pace vacant...

     

    « petit dépaysement secfunèbre »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :