• il dure longtemps dehors, même s'il n'en reste rien


      je ne sais pas mourir. je suis
      né de mauvaise mère
      un trou
      rêche à la place du
      ventre doux, et ça ne
      se répare pas, ça on en a
      déjà parlé

     

     

      mon
      cheval en p'tits morceaux, mon ours
      à la patte arrachée
      je berce une peur, une peur en moi, do-do l'enfant-do, une angoisse
      fondamentale

     

     

      je ne suis pas
      le fils d'une mère, ni l'homme
      d'une quelconque humanité - j'ai perdu
      mon chausson c'est grave, j'ai perdu
      mes mitaines, perdues où - je
      ne suis pas: j'erre
      sur place

     

     

      nique ta mort
      à tous les stades du manque, ou de la déficience
      alors je dors avec mon rat
      je dors, avec ou contre la porte fermée
      je dors tout nu
      sous cent tonnes de boue
      - la nuit aspirerait-elle
      à plus de nuit encore?

     

     

      c'est la même mer, elle pue pareil, à peine moins froide. il faut bien
      habiter quelque part, ici ou là
      - je n'y arrive pas, jamais
      à être là, où justement
      je ne suis pas


      

    « auriculaire mon amoursoit l'absent grave. soit le sol continu »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :