• l'être ou la bourrique

      le sol est ce méchant homme ne dormant que d'un œil
      tandis que l'autre, je rôde hors-sol en demi-teinte où croise l'horizon, un minimum de beauté en contournant les marges...

     

     

      on s'échappe par la porte-fenêtre mais rien n'avance, seule recule la demeure
      continue la partie alors qu'on l'abandonne, comme on abandonne son chien, son maître ou à fortiori nous abandonne
      la chance, la pauvre chance...

     

     

      et les badauds
      s'en prenaient plein la gueule l'air de rien, tâche à présent d'y voir
      plus clair on pèsera plus tard l'impondérable de ne point être mort, le soupir chancelant ou c'est comme ça qu'on dit,
      l'âme en se masturbant...

     

     

      il fait de plus en plus chaud et j'ai tiré la courtine, j'ai baissé le rideau, récité ma leçon comme tu me l'as demandé, mais sur ma pierre tombale se
      brisera ta chanson, je t'aurais prévenue...

     

     

      fraternité moléculaire, on m'arrache un dent. le compte n'y est pas, le compte
      n'y fut jamais vraiment - seuls le décompte et le souffle rauque du déshérité m'ont fait comprendre qu'il ne s'agissait au fond ni de la mère, ni d'autant moins du père, mais du parfait étranger grimé en rafiot et juste parti
      faire un tour pis voilà

     

    « touche-moi les angles mortspetit dépaysement sec »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :