• l'image dans la tête

      te r'garde encore un peu
      entre l'ouïe mâte
      et l'incertain.
      l'incertain a du boulot sur la planche, tandis que je, titubant place de grève
      fais entrave au courant

     

     

      qu'un seul me dise encore
      quel chien meurt avant moi
      canette errante, jolie planète, plante un clou dans ma main droite, plante un clou dans ma main gauche
      suce la moelle par le milieu, tant le milieu s'en fuit

     

     

      des fois un trou se dresse
      à ma hauteur et m'aspire moi qui n'aspire
      à rien tant rien se fait si grand -
      il t'offre un bonbon, tu suces le bonbon
      il te tend le crachoir, tu recraches un bonbon

     

     

      je te crache dans la bouche, puis je ravale le tout, le tout se liquéfiant
      je n'ai pas le hochet d'une réponse. je ne pense pas, puis j'éjacule
      à la suite de quoi soit je m'essuie
      or je m'ennuie

     

     

      j'avoue tout, tout j'avoue tout
      et rien ne vient - à peine un temps assis frileux, émollient harakiri
      d'un square si parisien. j'en tremble encore, en poule stricto sensu
      séparée de sa tête...

     

    « un cri posthumevivisection d'un nuage »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :