• l'ouvrier par son pot d'fleurs

      ce qui se retourne n'a pas de lieu où se retirer
      c'est pour cela qu'on le dit en suspens, en exil ou en transit
      tel un embryon tombé hors
      du ventre maternel

     

     

      la route
      s'habille en ci, la route
      s'habille en ça, et j'garde toujours le nickel chrome
      à vue

     

     

      on s'escamote
      le vent on s'escamote
      la rate -
      on n'a rien à gagner à tout ça non, on n'a rien

     

     

      je t'accorde deux heures, pas plus
      et le reste du temps tu fais ce que tu veux - tu parles à tes pieds si tu veux
      ou tu restes silencieuse

     

     

      les masques tombés, quelle vague se dresse, déferlant immobile
      prête à soi et devant

     

     

      je me raccroche à
      la barbe de dieu, je surfe
      dessus son long soupir
      le premier de nous deux qui rira
      et la mort au milieu

     

     

      le dernier mur s'effondre
      la peau tombée des yeux
      et le ticket perdant...

     

     

      une fois sur place
      face à la mer et on rigole - il n'y a, pourtant,
      vraiment pas de quoi

     

    « tu fais dodo dans ta case départremarque-moi dans l'utopie »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :