• la fille de l'almanach

      quand tout s'enchevêtre de façon permanente, la mer est nécessaire
      une mer, celle-ci ou celle-là, la mer en général
      en général l'étant
      succombe à plus petit que soi
      sauf un dimanche, jour de grève ou jour férié en quel cas
      tout est permis, force prémonitoire
      du rien

     

     

      je n'ai jamais eu de chien
      j'en parle tout le temps cependant je n'ai jamais eu
      de chien - à part une charogne une fois, se décomposant entre deux champs arides, christ sans croix ne mendiant
      plus de caresse - outre ça nulle entre nous
      divergence

     

     

      si léger le sommeil, et le coma profond
      renoncer à l'éternité fit de nous d'aberrants, d'exubérants sacrifiés
      marcher sur la plage n'arrêta pas la marée
      et personne ne sut qui avait affaire à qui - on se disait donc à quoi bon
      la résurrection

     

     

      le vieux parle de chose mais on n'a pas idée
      on n'a pas idée d'un condamné à mort, squattant sa chaise vide
      alors on le tue, ça évite d'y penser
      car y penser ça pue. s'en approcher ça pue. se regarder en face (gare au quidam)
      ça pue. ou bien de biais

     

     

      quelle heure oui mais quelle heure - aucune: on s'éveille trop tard
      de réel que l'éveil pourtant, autrement dit le deuil, ou l'orgasme du deuil
      le reste du temps fait comme il peut, plongeant
      plongeant et dans l'inanité primitive, s'abîmant...

     

    « bastringuepetit pommier à fleurs »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :