• la nuit mange pur

      un chien en a mordu un autre et c'est toujours le même. il ne hurle pas c'est pire que tout
      un drôle de chantier en vérité - il bouge un petit peu mais rien jamais n'en sortira
      on ne bâtit que du vent. évidemment un ciel c'est bien trop haut

     

     

      j'ai une mère
      c'est incroyable de venir de quelque part, d'un bulletin de météo anale, d'un coup répercuté de tonnerre décharné
      ou seulement croisé, comme une épée croise un damné, un quelconque infidèle - étrange cordon
      chirurgical

     

     

      un jour je retournerai quelque part, je ne sais pas où
      j'éprouverai ce vide, cette nausée des coups foirés, des destins raturés et je dirai ça y est, c'est enfin là
      que je n'existe pas

     

     

      si dieu n'était personne, sans doute l'aimerais-je un peu mieux
      je n'ai rien. et finalement ça me fiche encore plus le vertige que de n'être rien: appuyant sur la chute
      je voudrais juste m'asseoir sur la chaise en plastoc décrépi à la terrasse d'un kebab...

     

     

      une à une je délivre les mouches
      j'aime cet état d'être étranger sans être toutefois identifié comme tel
      et puis s'oublier
      dans la langue fredonnée, en parfait inconnu...

     

     

    la nuit mange pur

    « l'horizontalité en tout senserrant, les peupliers »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :