• la vie sans marcher dessus


      près du pommier musclé, nos armes déboutonnées...

     

     

      le point G, de la mer en ce miroir
      est-ce moi est-ce ne pas moi, est-ce vous à l'envers, votre lèvre écornée
      d'un vulgaire baiser, la morsure à tout-va

     

     

      et je retournerai
      là d'où je vins donc ne vins pas je retournerai
      juste pour avoir le droit, moi aussi
      de mourir parmi des miens

     

     

      sans horizon, sans évasion autre
      que la douleur d'y vivre, de se lécher d'amour
      jusqu'à ce que ça gicle et même si, sans faire de bruit,
      ça gicle pas

     

     

      mes pommes sont tout' pourries, mes pommes
      d'une grâce adultère - 
      elle se ronge les ongles, j'oublie
      à quel point ça fait mal

     

     

      je ne suis pas vieux, j'ai juste dépassé
      l'âge d'y croire, ou de ne point y croire
      neuf fois sur deux ou comment dire, comment taire
      la bouche froide

     

     

      rien n'est mort
      qu'on ne l'ait tué - c'est juste la tombe, la
      pissotière universelle, 'un homme
      qui croit qu'il s'en tirera comme ça: mourir

     


    la vie sans marcher dessus

    « vénérienne le sommet le plus bas »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :