• la vie selon les normes franches

      un chien a ouvert l'espace pur, sans rien connaître pour autant
      de la mystique rhénane ou de ses acolytes, beatles de terroir, bénéficiaires des minima
      sociaux: commun soleil dénominateur

     

     

      d'instinct je me méfie
      de celle dont le hasard n'aurait pas épuré la ligne d'horizon, la ligne
      du destin. elle m'a
      remis son gobelet - je préférai cracher par terre, par dépit ou à défaut
      d'ailleurs, en contrechamp

     

     

      dépouillé de ses oripeaux, il ou elle, voire il
      commence à être beau, de banlieue de hameau, remercie
      le ventre qui t'a vu naître, expulsé, perçois jusque la buée dans
      la caresse des os...

     

     

      je t'aime beaucoup moi non merci. jambes sang sous robe noire, j'erre parmi, entre et parmi
      les pissenlits, je t'aime beaucoup d'entre l'azur
      et l'autopsie: j'étais un phoque, je reste un phoque, pur extrait de ta vulve

     

     

      j'habite
      à deux pas de chez moi, seul ou à trois sous un genre d'escalier de planches brutes, de perron en béton - j'habite à moi tout seul
      seul en soi ou dans un bois

     

     

      chercher sans savoir quoi, aller sans savoir où - ça pourrait être un parc en fait. à quelques encablures
      d'un périphérique, n'importe quel
      périphérique je m'en fous, à la structure fragile en dépit de sa nature
      compromettante...

     

    « masako natsume en moine bouddhiste mort que vif »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :