• lacrymogène

      mort à son comble, c'est quoi - il faut y aller. ça m'fait tellement suer que j'en crève la nuit, que j'en chie tout un rat. supporte une lieue, deux lieues, tu vois bien que je suis à personne

     

     

      il n'y a plus cette terre. seule la mer, morte inédite, tanguante indivisible, répare l'irréparable. et je t'entends dire toi le taudis, ouais mais moi j'ai des piles - ouais mec moi il me reste, des foutues piles

     

     

      j'adore une jambe. je me frotte tout contre, le long. lui trépane un anus. depuis que je sois né o ma vie je sois né, et je saigne de l'arcade. sourcilière ça ne développe rien, mais je saigne de l'œil

     

     

      tu représentes rien. ni demain ni d'hier, tu représentes rien. tu te forges un destin à la force du poignet ou la traction arrière, tu t'efforces de rien. t'arrives là gueule ouverte, langue pendante et tu t'amuses à quoi, hein, tu t'amuses à joujou

     

     

    lacrymogène

    « , déteste la musiquele chouchou blanc »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :