• le vieux brouillard m'appelle

     

      il y a mis la mort, le sentiment d'une rupture
      les larmes bien au sec.
      et puis les yeux bandés, si tristement
      bandés qu'une autre idée, ni meilleure n'est possible.
      c'est ainsi, pas autrement, ou autrement ainsi ouvrir un trou, littéralement respirer par
      le néant

     

      

      entre les eaux du premier pont, il n'y a rien
      que les eaux tombant du pont, soit un cri mal poussé
      tombe en flocons légers, rien
      ne penche au bon côté, rien
      pour endiguer les flots de ce débit
      amoureux

     

     

      nature à droite attention, nature à droite
      et c'est déjà pas gai, non, vraiment pas gai
      la transcendance de vigueur, les petits bateaux à douleur
      qui s'y promènent de long en large, qui s'y promènent ça c'est fini
      : la queue cloquée leur tombe des mains

     

     

    le vieux brouillard m'appelle

    « nos amis devant l'oragepunk à chien »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :