• les glandes lacrymales

      ma vieille elle est comme ça, tu lui craches dessus, tu lui pisses dans l'gueule, elle est comme ça ma vieille, voilà comme ça
      ma vie rêve ma vie, mon rêve vit mon rêve - un suicide exemplaire, sexuel, revigorant
      la glande carrément noire

     

     

      on n'aura pas de vie, on traînera par ci, on traînera
      par là - tu sais bien comme on vit...
      la seule fois où je vis, c'est pas là où je vis, sous un ciel interdit
      on n'entre pas dedans, pas comme ça pas dedans, faut d'abord écarter les bras deux, bras dehors, jusqu'au pro-
      chain décollage 

     

     

      ton sexe je l'écume
      j'ai beaucoup trop de pitié pour ne pas me maudire
      tout est permis, absolument tout: c'est un suicide universel
      les survivants de ce suicide
      se lécheront les uns les autres - les uns ne s'y reconnaissant pas, les autres
      n'en revenant pas

     

     

      tu m'habitueras, un peu
      à tes vulves parallèles, ou peu, visages séquencés
      on se dira tu, on se dira toi
      la nausée se propagera de cœur en cœur, mais où aurons-nous donc été plus vrais
      qu'en la douleur?

     

     

      la mort certes la mort, mais la connaissance c'est pire
      ça chie partout
      ça fait caca debout
      symboliquement parlant, c'est à dire à peu près poliment, elle me tourne le dos
      ainsi j'achève ma route

     

     

      et puis un jour je me suis levé, relevé
      - j'avais juste oublié
      l'apesanteur...

     

    « dormir n'en fait pas l'tour nouvelle donne, vieille carlingue »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :