• lui qui fume clou sur clou


      réduire les connexions pour se recentrer sur la seule connexion nécessaire: la conscience d'être, là - point nomade se rêvant du
      haut de toute chute

     

     

      je suis sans soi je suis sans 
      neige - je fonds comme au début, je ne
      m'y reconnais pas, je n'y
      reconnais rien

     

     

      la nature aime le vide, s'aménageant le maximum d'heures creuses, où produire dans l'entre-deux de soi la
      marge d'un silence

     

     

      et je vis dans ces creux, la conscience boostée par la mémoire de la
      mort - je couche quelque part,
      jamais ne m'y endors...

     

     

      un seul grain de poussière déjoue les pronostics - le néant ne compte pas
      dans un sens ou dans l'autre je retourne mes poches - le néant
      ne compte pas

     

     

      avoir été et s'en souvenir font figure d'actes irresponsables
      n'étant déjà plus que le souvenir de moi-même, et me considérant quelque part déjà mort
      entre le néant et moi l'épaisseur d'une feuille à rouler de la conscience de soi, ce soi comme si ce soi comme ça
      : la bille du troisième œil

     

     

      tout parle extase, extase et ennui de l'extase
      l'herbe pousse et j'ai la frousse. rien ne fut jamais plus inno-
      cent que l'herbe pousse

     

     

      ressusciter chaque jour et sans savoir pourquoi; ressusciter pour rien, au même endroit au bout du
      même souffle, ricoché sans préavis - au même endroit ça vous chavire

     

     

      on marchera comme on voudra mais on marchera droit
      on marchera en crabe, on marchera arrière, on marchera comme on pourra et quand on pourra pas eh bien on rampera
      droit ou en crabe

     

     

    lui qui fume clou sur clou

    « le cours du dé restantmarcel / ne rentre pas ce soir »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :