• marche devant n'est pas content

      on se retrouve souvent c'est sans vision
      gueule de bois à la vitre de verre pour l'instant je navigue
      à vue
      à perte
      disons que je me perds de vue

     

     

      je ne dis rien je tombe juste par terre et sans mémoire
      le néant n'est pas vide, n'étant pas contenant, me voilà qui suis vide
      moi qui suis vide je me le dis, je me le dis en chœur
      - m'écouté-je seulement?

     

     

      attristement l'écho
      un jour me reviendra
      les dents givrées, et plus profond encore qu'un camion dans la boue
      grignote par ci grignote par là
      j'ai l'impression d'être une tombe
      dont le mort s'est levé, le mort s'est évadé

     

     

      on n'obtiendra rien de moi ni de chancelle
      je niche en la gueule du loup, or le loup ferme sa gueule, ravale sa salive
      étreindre le temps ou quelque chose de similaire, qui tremble sous les draps
      n'en décrochera pas l'aiguille, n'en rembobinera pas le fil
      mais quand même

     

     

      quatre fois mon navire il est coulé, gisant par quatre fonds, y allant par quatre chemins
      le petit frère des pauvres se balade mais il a oublié quelque chose
      et il a oublié ce qu'il a oublié - peut-être même a t-il oublié qu'il a oublié et ne sait-il pas qu'il cherche quelque chose ou pas
      alors on dit qu'il flâne aux quatre horizons, clopin-clopant à contre-temps, couchant sous quatre ponts
      - mais pourquoi quatre?

     

    « mon dieu laboure d'amourfamine dans l'assiette »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :