• mon dieu laboure d'amour

      dans l'ordre avec lequel j'arrive en tête, et je pourris d'la tête
      c'est parfois sans espoir, j'écoutant néanmoins, grincer
      les portes du silence
      du silence dis-je - de quoi d'autre les portes
      pourraient-elles grincer?

     

     

      sur la nuit cheval creux
      et il en meurt beaucoup
      il en meurt même tout l'temps c'est effarant
      effarant comme le temps se seconde, béquille en main,
      le reste à l'avenant

     

     

      quoi qu'on en dise, quoi qu'on y fasse
      quoique privé de conséquence et sans effet certain sur le climat
      il sera toujours

      l'heure de dieu moins un
      - or je fus ce un-là

     

     

      on a beau dire on a beau faire, on est quoi qu'on en pense, on est:
      le baptême du feu
      et on chante à genoux, mains sur la tête et le gland en cadence
      on chante comme si

      on n'avait qu'ça à foutre

     

     

      pas de racine en terre pomme de terre, pas de racine en l'air courant d'air: qu'une racine
      de cendre c'est navrant
      c'est navrant mais que veux-tu, que veux-tu veux-tu dire
      quelque chose ou alors
      j'hallucine

     

    mon dieu laboure d'amour

    « aller, du verbe allermarche devant n'est pas content »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :