• non de la tête

      oui mais les yeux naviguent, là où il faut, perclus en mer
      et ça ne reviendrait à rien de dire que c'est comme ça qu'il faut, puisque c'est ainsi comme ça
      à moins que tu me grattes le dos pendant que je décolle, désolant lévitant, toujours plus haut plus bas, spirituel défectueux

     

     

      c'est à se demander comment, transpirant, mais comment as-tu pu, tandis que je rejoignais moi l'unité d'un combat, jamais perdu toujours d'avance comment cela se fait-il, se fait-il que je n'ose plus affirmer sans pudeur: perdu d'alliance?

     

     

      ça ne rime à rien. c'est ça qui fait chanson. reste la voix à l'entonner, la gorge à crevaison. et c'est pas demain la veille non, c'est pas demain la veille, sans toit ni loi
      sans feu ni foi
      qu'on se rendormira là, crevards avachis...

     

     

      le temps qu'on prend
      à réparer les fuites, à colmater les brèches, à s'essuyer l'nombril ou recracher le sperme, le temps qu'on prend non
      à se dire qu'on aurait pu, non
      vivre non, ailleurs qu'en vivre, non, pas par hasard - et ça non plus

     

     

      c'est la seule fois je te jure, la seule fois où j'ai joui - et les petits sentiers
      font pas les grands boulevards, glissants trottoirs ou bien d'ailleurs, d'ailleurs qu'importe, que m'importe eul' bonheur: j'ai loué une chambre, un mobilhome, toute une plage,
      une croix où m'asseoir

     

    non de la tête

    « j'irai manger ma dialectique la mort sans peine »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :