• nourrir chacal

      n'étant personne, que l'ombre de quiconque entre les deux tilleuls, pissant
      pissant là seulement

     

     

      à vivre et à mourir, mourir et cætera 
      et le peuple semblant, regardant autre part, autre part ou ailleurs
      les dents creusées à même la faim

     

     

      j'ai peur que tu me touches mais j'en ai envie quand même, tout comme on a envie
      de mourir malgré soi, sur la pente stérile

     

     

      et alors? et alors par tous les temps
      qui me dira quoi, que je ne me sois dit en passant
      et de quoi me taira tu, quand un seul s'ébat?

     

     

      chaque fois que j'aime j'ai l'impression
      de dire un gros mot, pisser sur la cousine, sa jambe
      - sommerions-nous à ce point de tout amour
      les preux déshérités?

     

     

      c'est quand même beau un homme, un homme qui s'achemine
      vers son ultime hoquet, la bibite en visière, l'orgasme comment dire... dé-
      partemental

     

    « la première fois qu'un garçon se promènedésarmée jusqu'aux dents »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :