•   il y a un trou en l'air et on le trouve heureux
      mourir régresse, papillon scotché à sa nuit rêvant espace rêvant
      fuite éperdue. quek'chose me blesse
      quek'chose me blesse j'enlève je r'garde je passe la main: rien
      dans la chaussure

     

     

      je suis pas
      un homme à blesser comme ça tu comprends, une poule mouillée, une terre rendormie
      juste avant ça je te croque l'anneau je recueille
      le sang par où il coule, au graal ou à l'écuelle - est-ce le gravier, crissant
      où je ne marche

     

     

      étendre l'oisiveté, cette grenouille en eau douce
      et d'un bond la mer morte, si morte, d'un rebond la mer douce
      vivre ici-bas n'est pas mon style, je vis sans 
      style
      débordant sur la marge

     

     

      un peu de chance, si peu de chance, de chance malgré tout
      verrue d'un pur hasard
      crever n'est pas s'endormir, non, crever la bouche ouverte
      les cuisses écarlates du râle
      ce qui déchire ne fait pas mal, le mal ne souffre pas
      sauf le lundi, les jours avant peut-être
      les jours après sans doute...

     


    votre commentaire
  •   dites qu'il n'a pas
      dites qu'il n'a pas, ceci, cela, dites qu'il n'a rien
      dites qu'il lui manque
      quelque chose mais qui
      n'est rien, dites qu'il n'est rien
      non, ne dites rien

     

     

      un clébard à mi-temps
      et sur le côté, le côté où ça penche
      du côté même qui penche, un autre se relève
      un autre et c'est le même, qui se relève qui penche
      un clébard sur la planche

     

     

      mimer le temps qui passe
      au ralenti, mimer quand même
      par rapport au temps qui passe, le temps ne passant pas
      et c'est le même, passant ne passant pas, passant quand l'un s"arrête
      cessant quand l'un s'en va
      mimer celui qui reste

     

     

      au fur et à mesure
      que j'avance pas
      saute pieds joints dans l', dans la
      mare
      mare aux hasards, précis, bien qu'inefficaces
      parfaitement inefficaces quant aux rideaux
      qu'on tire

     

     

      et on les tire toujours de travers
      de travers on vient, on va, de traverse
      en transit et sous l'averse, la route à travers soi
      j'ai pas le gant
      de tirer l'autre gant
      et de m'en souffleter
      la face

     

     

      un jour l'a rien compris
      l'a pas compris l'histoire
      de la forme et du fond
      alors le s'en retourne
      s'en retourne nulle part, chez soi
      chez soi nulle part
      un jour l'a pas compris
      alors le s'est dit bon, allons
      avant qu'ça tombe

     

     

    famine dans l'assiette

     

     

     


    votre commentaire
  •   on se retrouve souvent c'est sans vision
      gueule de bois à la vitre de verre pour l'instant je navigue
      à vue
      à perte
      disons que je me perds de vue

     

     

      je ne dis rien je tombe juste par terre et sans mémoire
      le néant n'est pas vide, n'étant pas contenant, me voilà qui suis vide
      moi qui suis vide je me le dis, je me le dis en chœur
      - m'écouté-je seulement?

     

     

      attristement l'écho
      un jour me reviendra
      les dents givrées, et plus profond encore qu'un camion dans la boue
      grignote par ci grignote par là
      j'ai l'impression d'être une tombe
      dont le mort s'est levé, le mort s'est évadé

     

     

      on n'obtiendra rien de moi ni de chancelle
      je niche en la gueule du loup, or le loup ferme sa gueule, ravale sa salive
      étreindre le temps ou quelque chose de similaire, qui tremble sous les draps
      n'en décrochera pas l'aiguille, n'en rembobinera pas le fil
      mais quand même

     

     

      quatre fois mon navire il est coulé, gisant par quatre fonds, y allant par quatre chemins
      le petit frère des pauvres se balade mais il a oublié quelque chose
      et il a oublié ce qu'il a oublié - peut-être même a t-il oublié qu'il a oublié et ne sait-il pas qu'il cherche quelque chose ou pas
      alors on dit qu'il flâne aux quatre horizons, clopin-clopant à contre-temps, couchant sous quatre ponts
      - mais pourquoi quatre?

     


    votre commentaire
  •   dans l'ordre avec lequel j'arrive en tête, et je pourris d'la tête
      c'est parfois sans espoir, j'écoutant néanmoins, grincer
      les portes du silence
      du silence dis-je - de quoi d'autre les portes
      pourraient-elles grincer?

     

     

      sur la nuit cheval creux
      et il en meurt beaucoup
      il en meurt même tout l'temps c'est effarant
      effarant comme le temps se seconde, béquille en main,
      le reste à l'avenant

     

     

      quoi qu'on en dise, quoi qu'on y fasse
      quoique privé de conséquence et sans effet certain sur le climat
      il sera toujours

      l'heure de dieu moins un
      - or je fus ce un-là

     

     

      on a beau dire on a beau faire, on est quoi qu'on en pense, on est:
      le baptême du feu
      et on chante à genoux, mains sur la tête et le gland en cadence
      on chante comme si

      on n'avait qu'ça à foutre

     

     

      pas de racine en terre pomme de terre, pas de racine en l'air courant d'air: qu'une racine
      de cendre c'est navrant
      c'est navrant mais que veux-tu, que veux-tu veux-tu dire
      quelque chose ou alors
      j'hallucine

     

    mon dieu laboure d'amour


    votre commentaire
  •   un jour j'irai sans nombre
      sans slip
      un jour j'irai sans but
      nulle part
      et j'y serai vaincu, j'y serai sans y être
      car je serai sans être
      un jour serai sans nom

     

     

      qu'aucune bulle ne m'écœure, aucune
      qu'aucun chien ne me morde, aucun homme aucune
      femme ne m'adresse la parole
      je n'aime pas la parole
      qu'aucun tour ne m'entraîne, fut-il
      d'horizon

     

     

      comme si le sol n'était
      qu'un vaste miroir, je marche
      en la non-origine
      je souffre aux genoux, ce doit être
      l'humidité
      l'humidité des lieux, prélude à la pénurie
      des lieux

     

     

      les carpes dans l'étang
      vieillissent, les vieux avec les vieilles
      et les vieilles toutes seules
      nous sommes morts très jeunes
      plus jeunes encore
      nous sommes nés très vieux, si vieux de naître
      on bave quelque peu

     

     

      entre le tourment et moi, nous avons
      toute une ronde, ronde sans geste
      sans geste, sans tourner
      j'avais la langue aux lèvres j'avais
      j'avais le feu aux poudres j'avais
      entre le tourment et moi nous avons
      refermer l'eau sur nous

     

     

      j'ai peur de soi, au plus près du ventre j'ai peur
      de soi
      et j'en parle à personne
      vers l'est l'est se dresse
      à l'ouest l'océan, et pire encore que l'océan
      un nulle part où se jeter je cherche
      un nulle part où m'allonger en attendant
      qu' ça passe
      ou pas

     


    votre commentaire
  •   plus près de rien, plus près
      de rien encore, j'attends
      le néant qui ne m'at-
      tend pas, et rien
      ne me distingue du néant que
      l'attente, attente du néant
      : l'attente est là pour ça
      creusant le rien

     

     

      j'attends rien: j'attends
      d'attendre
      une autre fois sans plus
      un autre jour et c'est
      le même, permanent
      par tout corps en tout esprit
      mais j'arrête là, et l'arrêt là
      sécrète encore l'attente

     

     

      je suis mort à présent
      du moins jusqu'à ce que mort
      s'ensuive, m'affranchisse du présent
      en attendant je meurs, puisqu' attendre
      c'est mourir, c'est à dire en être
      réduit au temps, au temps pur, dépouillé
      du présent - l'attente
      est le temps pur

     

     

      attendant quoi, attendant rien
      - quoi d'autre? donner une forme
      au rien, un alibi à l'absence de crime
      attendre quoi attendre rien: attendre
      n'attend pas, n'attend
      que l'attente se passe
      or l'attente
      ne passe pas

     

     

      c'est ainsi qu'on me parle, c'est ainsi
      qu'on me tutoie, moi qui ne
      me tutoie pas, et c'est pas
      moi qui m'appelle, pas moi
      qui me réponds, non c'est pas moi
      qui me 
      parle

     

     

    tu touches pas l'fond
      
      


    votre commentaire

  •   quand toi tu m'auras, tu m'auras tu m'auras pas, la mort promise en nœud d'cravate
      fermant la marche, coupant l'cordon - déboursant peu

     

     

      cédant, mais sans se retourner, d'aplomb, sans même se retourner constatant simplement
      le dommage d'homme

     

     

      quant à toi passe-moi le sel, fais-moi faux bond retouche donc à la marge la, ma, ta
      déliquescence finale

     

     

      chuchotements c'est pas la mer, , à boire c'est pas debout que l'on fait ça chucho-
      tements mais quand même si, un peu...

     

     

      le mieux c'est de faire comme
      si ça n'existait pas, et ça n'existe pas vraiment voire autrement - ses yeux mouillés de
      vierge transitoire, et autre chose aussi

     

     

      tout ça pour rien, pour pas marcher dessus et s'en apercevoir, de rien mais ça on n'en
      parle pas, la bouche ouverte

     

     

      ou comme le suggère le titre, crampe d'être, douteuse a-méthodologie:
      me and my rhythm box...

     


    votre commentaire

  •   à la pluie qui meurt de jour dites-moi combien de jours la pluie
      meurt-elle encore

     

     

      une petite chose durant ce temps, ce temps-là ce temps dur, ce disque mou refusant de
      tourner

     

     

      la nuit dort contre toi, mais ne pénètre pas, ou bien à peine
      jusqu'au fond

     

     

      je grève de rien, je grève de faim - alors je bouffe tout, tout quand il ne 
      reste rien

     

     

      boire à la bouteille, et par toute voie navigable toute voie
      visageable: noyer l'poisson

     

     

      noyer l'poisson j'ai dit, à contre-courant j'ai dit, courant tout nu et inlassablement
      dormant

     

     

      pas pressé. pas trop pressé non plus, de faire son baluchon, rentrer dedans son baluchon et se jeter
      à pic à flotte

     

    la pluie sans cesse assise


    votre commentaire