• remarque-moi dans l'utopie

      bon, je n'sais pas: je n'sais pas
      qui pleure à présent
      - peut-être une toute, toute petite taupe
      peut-être un abri
      cotier sec

     

     

      et par une toute
      petite bouche
      se dit l'universel, des bribes, des bulles
      d'universel, des miettes, des ruines
      universelles

     

     

      j'ai la nostalgie
      d'un corps étranger
      une impulsion soudaine et mon abonnement
      à l'espace numérique

     

     

      on peut toujours aller plus loin. où ça? plus loin. de quoi? plus loin d'ici - c'est
      tellement infini qu'on en rêve ou si on n'en rêve pas , c'est
      bien qu'on ne rêve plus...

     

     

      je retourne à l'envers parce que ça m'a vraiment plu - dieu
      se substituant à la mort, le monde
      se substituant à dieu - avide de caresses, l'animal tout au fond
      de soi tout contre soi

     

     

      un chien abonde dans mon sens, v'là l'équinoxe
      ma mort fleurit les tombes, la thermos
      garde le café chaud

     

     

      c'est triste à dire, plus dur
      à penser encore: seule la mort
      nous aime, nous aime le fond de l'âme - elle nous réserve
      tout l'orgasme possible, passible d'outre-joie
      : s'expulser

     

     

      je voudrais vivre ailleurs. où ça? ailleurs. c'est quand ailleurs? ailleurs c'est quand
      quand se disloque, c'est quand
      où s'utopique...

     

     

      vivre est un homme
      qui mange en haut
      il faut dormir maintenant

     

     

    remarque-moi dans l'utopie

    « l'ouvrier par son pot d'fleurs les corps sublimes »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :