• (s)ex nihilo

      je marche dans le noir, dans le noir je me sens mieux
      le sable gris de nuit, le sable me rassure
      que faire sinon mourir, que faire en attendant de
      mourir si ce n'est
      mourir. ça va comme ça

     

     

      mon chien n'est pas si méchant que ça, ma bouffe la main oui mais que faire
      d'une main la main repousse
      du moignon, à chaque geste je te branle le nid, oyé je te branle le vide, oké alors dis-moi
      dis-moi comment tu peux et non je ne peux pas, je le fais toutefois c'est donc pour ça
      que je le fais tu vois là je n'avance que
      perdu d'avance

     

     

      bruits là. des ans des âges, de glues grises en fracassantes ruptures: j'ai toujours eu dix-sept ans
      avant cela je fus enfant - est-ce que ça compte, enfant? et comment réparer tout cela on ne
      répare pas tout cela: on croule, et dans le temps long

     

     

      je ne m'appelle rien, et tu ne t'appelles rien: ça c'est l'égalité
      l'égalité par le zéro, l'égalité par le nu, l'égalité par l'orgasme
      je te suis mais qui suit quoi, sinon l'instinct d'aller à
      sa propre perte et de renaître enfant, quoiqu'on n'ait jamais su
      comment, ni comment dire...

     

     

      je te caresse les seins c'est la seule chose que je sache faire or tu me dis
      j'en ai marre de tes caresses, je n'y comprends p;us rien moi, je veux juste sentir
      l'odeur obtuse de la mer et le doigt tout crispé, pressé contre
      la marée noire, la marée oui c'est ça, la mortelle et c'est rien
      rien

     

    « petit pommier à fleursl'amour en CDI »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :