• sais-tu pourquoi il ne pleure pas?

      nos hommes sentaient la vase
      c'est pour ça finalement qu'on les a enterrés: on ne pouvait plus les sentir
      peut-être aussi qu'on n'aurait jamais du les déterrer - tout sentait bon avant
      avant nos hommes. nos femmes on les a mises en flacons, en quarantaine ou en pots
      et depuis lors on règne, nous les avortons
      les avortons libres

     

     

      parce que justement il n'y a plus d'eau en nous
      - qu'allons-nous donc faire de nos mouchoirs?
      il n'y a ni jour ni nuit dans l'univers - pourquoi le néant ne signifierait-il pas la simple absence de nuit,
      comme un robinet fermé la simple absence
      de fuite?

     

     

      dès le départ déjà je n'aimais personne, mais alors à fond
      les vieux me ressemblent de plus en plus. je vois ça au fait que je leur pardonne
      au fond d'une fille il n'y a rien d'autre que la joie - or que la joie est triste...
      j'ai donc changé de cape, d'appel de numéro, j'ai donc changé
      de coupe

     

     

      par exemple j'ouvrais une boîte
      rien ne me laissait présumer du contenu de cette boîte
      j'ai pourtant préféré être déçu plutôt que me priver d'espoir
      il y avait un cadeau dedans la boîte c'est affligeant vraiment ils ne savent pas faire de boîte
      sans s'y figurer un crétin de mouton, quelque biche émissaire, au mieux la grimace écœurée
      de pandore au goûter

     

     

      un homme en carton-pâte, en rase-motte en plastoc, c'est moi
      non, pas toi: moi
      poupée gonflée, dégonflée, un cerf-volant sans vent - dieu, que les choses sont rases...
      ça fait trente ans que je ne me rase plus, alouette
      ça fait trente ans
      que je suis mort

     

    « à rebours desquellesdes presque poèmes »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :