• seul contre dieu

      je ne vais rien justifier, je vais cracher par terre - par terre ou en l'air, je vais cracher et tant pis pour moi

     

     

      tu vois bien qu'une âme est une vierge agressée, humiliée - que comptes-tu réparer? qu'aurais-tu l'audace d'espérer? nul crime à vivre, nulle honte à survivre malgré tout: il y a là seulement la peine, nous innocentant de l'offense qu'en permanence nous subissons dans l'affligeante parenthèse

     

     

      je n'habite nulle part qu'en cette cage hors du nulle part. je tente tout pour cesser d'être traversé, et m'épargner cela
      j'aimerais une mouche si une mouche me déclarait son amour
      comment échapper à la mort quand la mort gangrène toute vie, et s'en nourrit?

     

     

      il commence à faire froid dehors, je ne vais plus pouvoir sortir pisser contre la haie. je ne vais plus pouvoir m'appuyer sur ce socle de lumière, dieu justement signifiant tout ce que nient la pourriture d'hiver, la souillure de l'homme hors-ciel, l'amour vaincu. je ne vais plus pouvoir mentir pour échapper ne serait-ce qu'en apparence - et comment autrement qu'en apparence puisque l'apparence désigne la forme-même de cette fuite? - à la plus profonde solitude...

     

     

      le ciel dans ses cordes, et la baie en sa somme. je trace un chemin dans le sable le sable ne retient rien
      moi je retiens quelque chose - moi la boue d'une trace fortuite, d'une empreinte délébile
      il faut s'y faire. se faire à ne jamais s'y faire, continuer à regarder l'heure quand l'heure déjà passée
      nous ignore en sifflant

     

    « perséphone l'hiveroù la laideur submerge l'amour »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :