• soulève l'intime

      
      renard musqué, bête traquée
      nous nous pensions d'un chemin long
      et large
      si large...

     

     

      paquet de haut vent
      à la face t'es beau, t'es belle
      besoin pressant, crispant
      d'extirpement

     

     

      cheval consort, à cause
      d'un être humain j'ai faim
      perpétuellement
      faim, la faim

     

     

      ils se sont rencontrés au très hasard
      d'une
      douce désolation, elle semblant - ils n'auraient
      pas survécu sans ça, ni
      à ça, d'ailleurs

     

     

      bœuf entier, travail sensé
      l'amour te prend de court tandis que l'autre
      bras
      pendait tout seul

     

     

      le tout petit
      caillou (à peine un gravillon)
      qui, de ta chaussure
      remonte dans le sang, blanc
      et te heurte
      l'œil - ne t'en fais pas

     

     

      fuck une gourde

     

    soulève l'intime

     

     

      

    « l'absence d'aumône virelai »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :