• tu fais dodo dans ta case départ

      j'avais un navire. j'avais un navire mais je n'avais pas la mer. peut-être que toute la mer était montée dedans et l'avait enfoncé. toujours est-il que je ne dispose plus de navire désormais. que la mer s'est retirée. seul est resté le fond, parfaitement désert. et très propre

     

     

      ce que j'aime en vous ce sont les choses que j'ai oubliées de moi-même, définitivement

     

     

      une nuit a posé sa tête sur mon épaule et s'y est endormie. j'ai posé la mienne sur mon autre épaule pour me mettre à rêver. le rêve n'a pas pris le relais

     

     

      ce à quoi je ne serais pas étranger m'aurait pris la main chaleureusement, m'aurait reconnu spontanément et m'aurait assis là, sur ses genoux ou sur une chaise à côté. il m'aurait dit alors raconte et moi je lui aurais simplement avoué que je ne sais pas embrasser

     

     

      ce n'est bientôt plus la mort. la mort est quelque chose qui s'enfonce dans la mort. la tête la première, comme un enfant qui naît. comme une chose qui naît, et qui à partir du moment où elle naît devient enfant. en définitive on ne quitte jamais ce dont on se sent originellement arraché

     

     

      je ne me rends compte de rien. ni la possibilité pour un enfant d'avoir mal à soi, au plus profond de soi

     

     

    tu fais dodo dans ta case départ

    « dormir tranquille dormir fusillel'ouvrier par son pot d'fleurs »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :