• un jour avant la guerre, quand je ressemblais encore à un homme

      tacle-moi, empêche-le de
      partir en vrille, refourgue-lui
      la tisane de la veille, un gros joint de mégots quand le jour point, le jour point d'une
      quelconque direction

     

     

      elle est cosmopolite, un trou dans la nature; elle parle par ouïe-dire, serbo croate des îles; elle bave du nombril et quand elle baise, on dirait une punaise
      qu'on écrase quand elle baise

     

     

      réveiller le pilat endor-
      mi sous les lilas et nous voilà, badauds béats, l'esprit retourné genre un mort dans sa terre, un ver au cul
      de la nature si solidaire bref une raison de plus
      de rendre l'âme
      en toute sérénité

     

     

      à vrai dire je n'y connais que dalle
      en amour ni en rien, c'est juste moi qui allume
      la clope au bec du dieu qu'on va pour empaler
      sur son chemin de croix
      et de triste inconfort

     

     

      j'ai l'air triste, si triste
      qu'un pendu dépendu, qu'un perdant au loto j'envie
      ces fumeux genghis khans, déferlant
      des banlieues vers le centre, tirant
      sur leur pétard mouillé, aïdé

     

     

    un jour avant la guerre, quand je ressemblais encore à un homme
      

    « l'amande brisée de l'œilMallory loin d'chez soi »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :