• un seul survit au loup

      je me suis demandé pourquoi comment j'étais encore toujours vivant
      ne sachant pas m'y prendre pour être mort
      le gène de la maltraitance
      rivé aux couilles

     

     

      un chien ne me parle pas. un chien
      ne me regarde pas. je n'ose même pas mon nom, un nom
      au bout de mon angoisse, au bout de mon émotion, il n'y a
      rien

     

     

      cette ahurissante liberté
      mais dénuée du moindre sentiment de liberté
      j'ai un mal d'homme à être un homme, ne sachant ni ne pouvant
      être rien d'autre que cela, mort sans audace

     

     

      toute la bonté et même si on pisse à côté toute la bonté
      de l'homme en travers toi, une idée sans ciller, toute
      la bonté de l'homme, et à ses pieds, l'homme à ses pieds, ses pieds
      trempés

     

     

      et pourquoi qu'on m'a fait ci, et pourquoi qu'on m'a fait ça
      qu'on m'a rien fait
      je regarde devant: devant
      me regarde, sans que nos regards jamais
      ne se croisent

     

     

      c'est la vie et c'est comme ça, la mort
      c'est la mort et c'est comme ça, j'arrive
      j'arrive - enfin... pas vraiment
      c'est comme ça et j'arrive pas

     

    « mort que vifplane, la rigueur »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :