• une pluie de rien du tout

      tu vois comme on nage, en plein ciel et au travers, flânant sans retenue. où faire table rase ne remplirait
      pas un verre d'eau

     

     

      on s'appuyait sur un coude, ou contre un genou qu'importe: la tête reposant
      sur un socle quelconque

     

     

      ce qu'on ne dit pas on ne le tait pas forcément. et dire que ça ne court pas les rues ne nous rattrapera pas, admettant que telle en ait été
      la vocation première

     

     

      autrefois je fus malingre. un ver du cul on aurait dit, un ver du cul on aurait cru. or maintenant c'est maintenant
      ou jamais

     

     

      à fleur de peau mais pas la mienne, s'il vous plaît. les roses d'ispahan les âmes disparaissent
      l'espèce mue

     

     

      j'encours quelque danger. s'il ne reste rien de moi c'est déjà ça, tandis que je me réduis si ce n'est trop en dire
      à l'espace nu

     

     

      j'aime un arbre. un arbre hors sol. un arbre de verre et de lumière. couvert de chants sans leurs oiseaux. j'aime un arbre
      coupé des siens

     

    une pluie de rien du tout

    « fin de parcoursmigrant de souche »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :