• virelai

      non si ça penche d'un côté ce n'est pas pour
      te rendre heureuse, un bol d'eau peut-être, chaude
      te rendra la pareille
      allez va, mouche ton sein

     

     

      de giron n'en parlons pas
      elle-même, et d'autres raisons sans doute, probablement, et malgré tout
      elle s'endort en panier, ça fuit, ça se
      répand, sommeil percé

     

     

      tu voles de mes propres ailes, ça finit
      par se savoir tu sais, le départ
      a le pied large, est homnivore, voire omnisport tu sais, l'apothéose
      te nique la tache, ça s'défend

     

     

      tout dépend
      de par où on passe, s'déplace
      la mort à son comptoir, la peur à son compteur
      tu t'déploies, pour ça on peut pas dire, tu t'déploies
      ça f'rait presque pleurer, si seulement pleurer
      t'était permis

     

     

      c'est par un beau chagrin, minuscule entrelacs
      mais te tue pas pour moi, véhicule tout terrain
      de roue titube, de pneu slashé, tu dors tu dors-tu
      j'en sais rien je m'rince
      le prépuce et j'en sue

     

     

      vois j'en suis pas certain, j'essuie
      ces traces de passes, crasses, les souillures orgasmiques, il neige
      ça a l'air de rien comme ça mais il neige, même si
      ça te rappelle rien, perplexe, que tomber
      en oubli, précaire (toi), instable-
      ment nécessaire (toi)

     

    « soulève l'intimemémoire en berne »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :